Le régime cétogène offre à notre corps la possibilité d’utiliser les lipides comme source d’énergie pour les cellule en lieu et place des glucides. La diète cétogène, appelée aussi LCHF – pauvre en glucides et riche en graisses – est très efficace pour perdre du poids, mais pas seulement.

Diète cétogène pour maigrir

La grande majorité des personnes en bonne santé qui suivent une diète cétogène ou LCHF pour Low Carb High Fat, sont motivé par l’objectif de perdre du poids durablement. Ce régime alimentaire qui simule l’effet d’un jeûne sur l’organisme amène ce dernier à puiser dans les lipides – les graisses – sa source d’énergie en transformant les lipides en cétones. Pour en savoir plus, voir l’article sur le fonctionnement de la cétose.

Si limiter sa consommation de glucides, c’est à dire de sucres, de céréales, de pomme de terre, de riz etc… semble contraignant, les effets bénéfiques sont nombreux. On note par exemple l’absence de sensation de faim et un important regain d’énergie. L’envie de sucre disparaît rapidement et il n’est pas nécessaire de compter les calories.

LCHF et cancer

De nombreuses études confirment l’intérêt d’une diète cétogène dans le traitement des cancers. Sans entrer dans les détails, il semblerait que priver son organisme de glucides limiterait le développement des cellules cancéreuses.

Voici deux ouvrages qui traitent du sujet :

 

Régime cétogène et traitement de l’épilepsie

Près de 500 000 personnes sont concernées directement par l’épilepsie. La diète cétogène était le principal traitement jusqu’aux années 50 et l’apparition de traitement pharmacologique.

L’inefficacité des médicaments sur une minorité des patients a conduit le Dr John Freeman de l’université John Hopkins (Etats-Unis) à promouvoir le régime LCHF, il a démontré que cela réduisait les crises de 50 à 90%. Cette étude a également prouvé qu’une cetodiet présentait moins d’effets secondaires que les traitements médicamenteux.

Ketogenic diet et maladie d’Alzheimer

De plus en plus de chercheurs font le lien entre la consommation de sucre, omniprésente dans notre alimentation occidentale, et les maladies neurodégénératives.

Ce qui est nouveau, c’est que des recherches sont en cours concernant la maladie d’Alzheimer, dans laquelle les neurones des patients atteints ont des difficultés à utiliser le glucose. Il est question de leur apporter des cétoses à la place. Une amélioration des capacités cognitives est mise en avant par deux études.